Laissez-nous vous conter la perle de Tahiti...

La perle a traversé les âges depuis la nuit des temps. De nombreux peuples anciens tels les Hindous, les Égyptiens, les Grecs, les Romains ou les Arabes évoquent ce gemme de grande valeur à travers leur culture.

Des inscriptions chinoises datant de 2.300 ans avant Jésus Christ témoignent qu’à cette époque, déjà, les perles étaient considérées comme des joyaux de la nature.

Grâce à leurs possessions polynésiennes, les Français furent parmi les premiers à découvrir les perles de Tahiti et, très vite, entreprirent d’en faire le commerce. Cependant, les réserves d’huîtres perlières s’épuisèrent rapidement, au début du XIXe siècle, à cause des quantités de nacres impressionnantes exigées par l’industrie boutonnière.

Puis, il a plus d’une centaine d’années, trois hommes, qui ne se connaissaient pas, véritables pionniers en la matière, Tokichi Nishikawa, Tatsuhei Mise et Kokichi Mikimoto, respectivement biologiste dans la marine impériale nipponne, charpentier et fils de commerçant, imaginèrent presque simultanément un nouveau procédé génial pour obtenir des perles de manière artificielle : la perliculture. Ces trois personnages sont d’ailleurs considérés comme les pères de la culture de perles modernes.